• Pourquoi travailler en ateliers au cycle 3 ?

    Retour vers "Ateliers"  

    Pourquoi travailler en ateliers au cycle 3 ?

    Bah oui ! La question est légitime et la réponse importante, car les intérêts de cette organisation sont nombreux...

     

    1) C'est en forgeant...

    Comme le dit l'adage, pour devenir un vrai forgeron, bah, il faut forger ! Ce n'est pas parce qu'on a étudié une notion pendant quelques séances, que celles-ci sera maîtrisée "pour la vie" !

    Dans les ateliers autonomes, on va proposer des exercices de réinvestissement, d'entraînement pour améliorer et parfaire la maîtrise de compétences particulières (lecture documentaire, par exemple), de savoir-faire longs à mettre en place (réaliser un tracé précis en géométrie, par exemple).

    L'intérêt est donc de permettre à tous les élèves (pas seulement aux élèves en difficulté) de réinvestir les apprentissages et de consolider les compétences acquises.

     

    2) Un maître pour six élèves !

    La formule fait rêver !

    Si tout va bien, l'enseignant arrive à se consacrer (presque exclusivement) à un petit groupe d'élèves. Cela offre donc la possibilité de mettre en place des activités différentes, que seul autorise un nombre d'élève restreint.

    On choisira donc des ateliers particulièrement adaptés à cette configuration : production d'écrit, petit jeu pédagogique, lecture oralisée...

    Généralement, les élèves attendent avec grande impatience ce moment où l'enseignant a davantage de temps pour les aider, les conseiller, les écouter et discuter avec eux...

     

    3) Une classe sans enseignant...

    Après la mise en place et la prise d'habitudes de la part des élèves (généralement, cela dure quelques semaines), les ateliers se déroulent presque sans aucune intervention de l'enseignant : les chefs de groupe récupèrent et distribuent le matériel ; les élèves les plus avancés aident les élèves en difficulté... L'enseignant n'a alors plus qu'à s'occuper de son groupe pendant que les élèves gèrent le reste.

    Même si tout ne se déroule pas toujours de manière aussi idyllique, ce fonctionnement favorise l'autonomie des élèves qui ne sont plus, dans ces moments-là, cantonnés à un rôle de figurant... Les chefs doivent gérer leur groupe ; les élèves en autonomie doivent gérer leur travail (présentation, réponse aux questions, correction).

     

    4) Les élèves parlent aux élèves

    En mettant en place des ateliers autonomes où les élèves doivent travailler en groupe (construction de figures géométriques, préparation d'une lecture orale, jeu pédagogique, par exemple), on oblige les élèves à se parler pour pouvoir avancer ! Et on découvre par la-même que c'est très difficile, mais très gratifiant quand l'activité est menée à son terme.

     

    5) Des problèmes de matériel en moins

    (Je reconnais, cet argument est beaucoup plus terre à terre...).

    Il est plus simple de trouver ou de fabriquer du matériel en 6 ou 7 exemplaires, qu'en 25 ! (Je pense que M. La Palice serait d'accord avec moi...).

    On peut donc envisager l'achat de livres documentaires, ou la fabrication d'un jeu par exemple, sans être freiné par l'aspect matériel de la chose.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Marianne48
    Vendredi 3 Avril 2015 à 22:32

    Merci de mettre tout ton travail à notre disposition !

    Ce fonctionnement en atelier m'intéresse beaucoup, je vais pouvoir m'en faire une idée plus précise et concrète grâce à toi !

    Encore merci !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :